réponse au test « quel cavalier est tu ?

https://docs.google.com/forms/d/12mL1vKdkyUzWL9eOKxAAT0L7c40x0ZrRZQ8vV7A9tnA/viewform

5-18 ans : les cinq profils de cavalier
PASSIONNE : UNE MAJORITE DE p
u es réellement passionné(e) par l’équitation. Tu peux entrevoir une carrière autour du cheval ou du poney, la profession a besoin de gens
comme toi. Aussitôt après l’école, tu te dépêches de terminer tes devoirs car tu dois apprendre la théorie et l’hippologie pour l’examen des
galops qui a lieu samedi. C’est marrant. C’est beaucoup plus facile d’apprendre quand il s’agit des chevaux ou des poneys ! Ensuite, tu as ton
matériel à préparer pour la reprise qui aura lieu dans trois jours. Cette fin de semaine va te paraître très longue.
En attendant, tu recomptes toutes tes économies pour savoir combien il te manque afin de faire le prochain stage au club. Tu tannes ta mère
pour qu’elle t’amène au club. Ils ont toujours besoin de quelqu’un pour aider et faire les soins. En fait, pour être avec les chevaux et les poneys,
tu ferais n’importe quoi. C’est grâce à ta détermination que tu arrives toujours à tes fins. D’accord, tu en sais beaucoup sur les chevaux, mais
n’oublie pas l’école !
T
SENTIMENTAL : UNE MAJORITE DE n
es reprises, tu apprécies mais ce que tu préfères, ce sont les moments privilégiés avec ton poney. Tu lui fais la crinière, tu le brosses jus-
qu’à ce que ça brille, tu lui mets des rubans et quand le pansage est terminé, tu plonges ta frimousse dans son épaisse crinière : que ça
sent bon le poney !
Tu l’emmènes brouter de l’herbe en restant à cru sur son dos, ça tient chaud. Tu dors avec un morceau de ses crins, ton mur est recouvert de
ses photos, tu dévalises le rayon carottes des supermarchés, tu passes tes dimanches à le bichonner, il est ton meilleur ami, ton compagnon
pour la vie. C’est au creux de son oreille que tu lui confies tes secrets.
L
SPORTIF : UNE MAJORITE DE o
on idole : Eric Navet ou Alexandra Ledermann. Tu voudrais être comme lui (elle) et tu fais tout pour suivre ses pas. Au club, tu passes des
heures à regarder les autres monter en attendant ta reprise. Tu analyses tout ce qui se passe entre le cavalier et son cheval. Rien qu’en
regardant, tu en apprends déjà beaucoup. Une fois que tu es à cheval, qu’est-ce que tu es sérieux(se) ! imperturbable, concentré(e), décidé(e).
Tu as besoin de te mesurer aux autres et de faire des résultats.
Tout est occasion de progresser. Tu aimes les défis lancés par ton moniteur, les jeux qui demandent de la technique, de la vitesse, de la gagne.
Tu es redoutable et ton poney le sait aussi. Il a intérêt à suivre le droit chemin car tu ne supportes pas le mauvais esprit et les mauvais
joueurs. Tu aimes le côté sport dans l’équitation, le respect des règles, le goût de l’effort et surtout la médaille d’or. Alors continue, la France
a besoin de champions !
T
AVENTURIER : UNE MAJORITE DE •
our Noël, tu as commandé un chapeau de cow-boy. Les westerns à la télé, ça te passionne et quand tu vas au club le film se réalise pour
de vrai. Tu as besoin d’espace et de liberté. Tu es Lucky-Luke sur son cheval ou Calamity-Jane sur son mustang. Tu aimes bien le genre
de club où tous les poneys sont ensemble, où le moniteur vous emmène en forêt.
C’est l’extase quand vous faites une halte pour goûter ou pour pique-niquer le temps de construire une cabane entre deux sandwiches.
En plus, heureusement que tu es là, car tu aides tes copains à couper leur pain ou à se fabriquer un arc et des flèches. Normal, tu as toujours
ton couteau suisse sur toi. Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, tu es toujours au rendez-vous et ça, ça épate tes copains/copines.
P
PRUDENT : UNE MAJORITE DE m
ais pourquoi tes parents ont-ils eu cette idée de t’inscrire au poney-club ? Tu y es allé pour leur faire plaisir. C’est vrai qu’une fois que
tu y es, tu t’amuses bien avec les copains. A poney, tu n’aimes pas trop quand tout le monde s’énerve dans les jeux. Mais si tu montes
ta ponette préférée, tout se passe bien et tu es content(e). Dommage que le moniteur ne te la donne pas toujours car il dit que pour faire des
progrès, il faut en essayer d’autres. Avec les autres poneys, au début ce n’est jamais facile, tu n’oses pas aller trop vite ou prendre les options
dans les jeux, mais finalement tu t’amuses bien. Parfois, tu gagnes les jeux dans lesquels tu peux aller à ton rythme et qui demandent de l’a-
dresse, de l’application et de la coopération. Finalement tu ne te débrouilles pas si mal que ça. Parfois, d’ailleurs, tu es très surprenant. Allez,
peut-être que tu restes sur un mauvais souvenir, une mauvaise chute. Mais c’est fini tout ça, tu vas t’amuser et apprécier les poneys de plus
en plus à force de les côtoyer; alors courage !

Publicités